L’architecture de haïku chez Philippe Jaccottet et Ahmad Châmlû

26 May 2015

SALIMI KOUCHI Ibrahim

Maître assistant

Université d’Ispahan

E-mail : ebsalimi@fgn.ui.ac.ir

ALAEI Mina

Doctorante

Université Shahid Beheshti

E-mail : alaei.101_mina@yahoo.com

(date de réception : 15/09/2013 - date d’approbation : 19/01/2015)

Résumé

Les approches analytiques et les nouvelles théories littéraires soulignent en particulier la part du lecteur dans la réception, la compréhension et l’interprétation de l’œuvre. Une lecture efficace, créative, active et basée sur les sollicitations de l’auteur, serait la source de la création d’autres textes. Dans cette perspective, tout auteur est avant tout un lecteur et présente dans ses textes l’expérience proche ou lointaine de ses lectures. Par conséquent, il ne sera pas surprenant que ses textes auront des empreintes de ses lectures précédentes, tant dans la forme que dans le fond.

Basée sur ces présupposés analytiques, cette étude comparative va vérifier l’archi-lecture de Philippe Jaccottet et d’Ahmad Châmlû du haïku japonais. Le présent article a pour objectif de mettre en évidence la façon dont les thèmes et la structure de ce genre poétique ont influencé la forme, le contenu, le thème et même le titre des poèmes de ces deux poètes, et cela dans telle mesure qu’ils ont appliqué de multiples caractéristiques du haïku, même dans leurs longs poèmes.

Mots-clés : Archi-lecture, lecteur-modèle, Ahmad Châmlû, Philippe Jaccottet, haïku.

PDF